Archive pour la Catégorie 'journal actualitas'

L?Ecole supérieure de journalisme d?Alger naît dans la douleur

Apprentissage des nouvelles techniques de traitement de l’information, ouverture sur les nouvelles tendances de la communication, spécialisation, professionnalisation : l’Ecole supérieure de journalisme et des sciences de l’information d’Alger est un projet ambitieux.

En rupture avec les « pratiques » de la moribonde Faculté des Sciences politiques et de l’Information, seule habilitée à former des étudiants en journalisme jusqu’ici, et où il a enseigné pendant plusieurs années.

En outre, nous allons organiser une journée d’étude, sous le thème « La formation au service des secteurs utilisateurs », où nous invitons les éditeurs et les syndicats de journalistes à donner leur avis sur le programme, et ce avant le début des cours.

L’institut des Sciences de l’information est géré de façon désastreuse, il y a des problèmes à tous les niveaux, le programme est archaïque.

Source: http://www.afrik.com/article17720.html
Sponsored Links : | Animaux Autres | Services Autres services | Multim eacute dia Colocations

(vidéo) Inauguration de la Foire de Saint-Etienne

(vidéo) Inauguration de la Foire de Saint-Etienne Photo : S.T / TLL

Samedi matin de nombreuses personnalités locales ainsi que Thierry HESSE, Président des Foires, Salons, Congrès, Événements de France s’étaient donné rendez-vous pour l’inauguration de la 61ème Foire internationale de Saint Etienne (l’évènement prend du galon et se voit élevé à un rang international au même titre que Paris, Lyon ou Marseille).

Les Crazy Dunkers® animent la Finale du Championnat d’Europe de Basket à Katowic Photo : Crazy Dunkers®

Distribution gratuite de lait à la sortie de l’école de Lay Photo : NPA Loire Nord

Source: http://www.teleloire.com/info.php?id=1604

PODGORICA (AFP) – Monténégro: le Premier ministre sortant célèbre …

Le Premier ministre monténégrin sortant, Milo Djukonavic, qui dirige le Monténégro depuis près de vingt ans sans interruption, a célébré sa victoire aux élections législatives, dans la nuit de dimanche à lundi, devant des militants en liesse.

Le DPS fait partie avec notamment le Parti social-démocrate (SPD), de Ranko Krivokapic, de la coalition au pouvoir, qui avait fait campagne pour les élections législatives sous l’appellation du « Monténégro européen ».

Le « Monténégro européen » obtient 50,8% des voix, contre 16,1% pour le principal parti de l’opposition, le Parti populaire socialiste (SNP), selon de nouvelles estimations du CEMI, une organisation non gouvernementale qui supervisait le scrutin.

« Il sera primordial de voir désormais comment un nouveau gouvernement issu de cette coalition anciennement au pouvoir gère la crise économique et ses obligations résultant » de l’intégration à l’Union européenne et à l’Otan, a-t-il ajouté.

Source: http://www.la-croix.com/afp.static/pages/090329225300.mb7y0ow0.htm

USA: bouffée d’oxygène pour les banques avec l’assouplissement de …

USA: bouffée d’oxygène pour les banques avec l’assouplissement de normes comptables – Economie – MSN – Actualités Rechercher sur le web : AFP – jeudi 2 avril 2009, 20h19 USA: bouffée d’oxygène pour les banques avec l’assouplissement de normes comptables Un distributeur de Bank of America à Washington, le 15 septembre 2008 Les banques américaines, qui s’apprêtent à publier leurs résultats trimestriels, ont reçu une bouffée d’oxygène jeudi avec l’assouplissement de règles comptables controversées qui leur ont imposé des centaines de milliards de dépréciations d’actifs.Sous une pression politique intense, l’association professionnelle en charge de la standardisation des normes comptables aux Etat-Unis, le Financial Accounting Standards Board (FASB), a approuvé une modification de la règle dite de « mark-to-market », qui oblige les institutions financières à évaluer leurs actifs à leur valeur de marché.Dans les cas des actifs « toxiques » hérités de la bulle immobilière, très difficilement échangeables, cette valeur est souvent considérée comme très faible, conduisant à des dépréciations estimées à 800 milliards de dollars depuis deux ans.Les mesures adoptées jeudi visent à donner plus de latitude aux établissements pour déterminer la valeur de ces actifs, dans un cadre plus souple que celui d’une vente forcée.

Elles pourront s’appliquer dès la publication des résultats du premier trimestre, mais ne seront pas rétroactives.L’Association américaine des banques (ABA) a salué cette décision, qui va selon elle permettre aux banque « d’utiliser leur jugement lorsque qu’elles évaluents les actifs non liquides » et de « fournir des estimations justes » de leurs valeurs.Ces modifications « devraient doper les profits des institutions financières », a jugé Ed Yardeni, de Yardeni Research.

« Cela va probablement donner une très bonne impression des banques quand elles vont annoncer leurs résultats dans les semaines à venir ».A Wall Street, la nouvelles a été d’autant bien accueillie que plusieurs banques, dont les problématiques Citigroup et Bank of America, ont assuré avoir été rentables sur les deux premiers mois de l’année, hors dépréciations. »Le risque de voir une banque s’effondrer est désormais passé », a avancé Marc Pado.Près de deux ans après l’éclatement de la bulle immobilière aux Etats-Unis, qui s’est transformée en dramatique crise du crédit, les actifs toxiques héritées des années fastes continuent d’empoisonner les institutions financières.Le Trésor américain avait annoncé le 23 mars un plan visant à racheter aux banques leurs prêts douteux et leurs titres adossés à des actifs immobiliers, par des mécanismes associant l’Etat au secteur privé.Mais en attendant de voir ce système s’appliquer, les parlementaires américains avaient demandé au FASB d’agir rapidement, mettant fin à des mois de polémiques entre économistes et analystes financiers.Pour certains, laisser les banques évaluer elles-mêmes leurs actifs ne fait que renforcer le flou qui entoure les comptes des banques, et pourrait susciter davantage de méfiance des investisseurs.Ces règles avaient été en effet renforcées après un série de scandales comptables, dont celui qui avait conduit à la faillite d’Enron.Dans le Wall Street Journal, l’éditorialiste Michael Rapoport a jugé les demandes d’assouplissement des banques « largement bidons ».

Source: http://news.fr.msn.com/eco/article.aspx?cp-documentid=15663062




i_like_ike |
LS |
hauteurs |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | The blog of Nicolas
| Ni OUI ni NON
| elevator